Saclay Pitch Fight : la greentech au rendez-vous !

Ça s’est passé au Drahi !

Organisé en Janvier par le centre d’innovation de l’Ecole polytechnique, en association avec le cabinet startup de l’X, le concours de pitch « Saclay Pitch Fight » avait pour objectif de récompenser les projets innovants greentech portés par les étudiants du plateau de Saclay. Ouvert à tous les étudiants et jeunes diplômés de moins de 5 ans, les sujets éligibles étaient les suivants : économies d’énergie, énergies renouvelables, bâtiment durable, transports propres, économie circulaire, biodiversité, biotechnologie, eau, chimie verte, éco‐ conception, climat, agriculture.

A cette occasion, les 10 entrepreneurs finalistes ont dû défendre leur projet sur un véritable ring de boxe, installé lors de la finale.

4 Prix à la clef :

PRIX GANT BLEU

1er prix : 1000 euros + 2 journées d’accompagnement

PRIX GANT ROUGE

1er prix : 5000 euros + 2 journées d’accompagnement
2eme prix : 3000 euros + 2 journées d’accompagnement
3eme prix : 1500 euros + 2 journées d’accompagnement

And the winners are:

 

1er prix Gant rouge

Clothparency : Pour une mode respectueuse de l’Humain et de l’Environnement.

 

  • Le pitch : « Aujourd’hui les gens achètent leurs vêtements selon leur goût, leur style, leurs attentes en terme de prix, etc. Mais il y a de plus en plus de personnes qui, lors de leurs achats, souhaitent aussi intégrer leurs valeurs et soutenir le monde de demain. Le problème dans le secteur de la mode, qui est très impactant, est le suivant : il représente 10% de l’impact Carbonne mondial, 20% de la pollution des eaux et est également la cause de nombreuses dérives sociales. Dans ce secteur, on n’a pas les moyens de réaliser des achats éclairés puisqu’on a accès à très peu d’informations sur les vêtements qu’on achète. Quand on en obtient, elles proviennent des marques elles-mêmes et les consommateurs craignent le greenwashing. On a créé Clothparency pour guider les consommateurs dans leurs achats, en leur apportant une information simplifiée au bon moment pour leur permettre d’effectuer des achats raisonnés. Comment ça fonctionne ? A partir de nos échanges avec les experts du secteur et les consommateurs, nous avons développé un algorithme de notation qui permet d’évaluer les vêtements selon 5 thématiques : l’Humain, l’Environnement, la Santé, les Animaux et la Qualité et durabilité dans le temps. On découvre la note en un clic, depuis l’application mobile, avec un détail de la notation par critère. Clothparency propose également des recommandations de des meilleurs produits par catégorie, qui feront de vous un acheteur responsable. C’est ainsi la possibilité de choisir des vêtements qui seront à la fois beaux et bons pour la société. »

 

  • Leurs Ups and downs : « La recherche d’informations nécessaires au développement de notre solution était perçue comme une difficulté, mais ça a été un challenge pour nous. Quand on a eu l’idée d’évaluer les vêtements selon des critères sociaux et environnementaux, beaucoup pensaient que ce n’était pas faisable car trop complexe. Mais on y a cru et on a réussi: ce n’est pas parce que le secteur est opaque que l’on ne peut pas déjà utiliser les données existantes. »

 

  • What’s next ? : « Notre application web deviendra mobile, utilisable n’importe où / partout et à tout moment. Le fait de suggérer des recommandations de produits bien notés par catégorie, est également une nouveauté. Nous apportons des changements pour améliorer et enrichir notre solution, et notamment notre base de données (enlever indépendante, car les marques peuvent maintenant contribuer). On veut permettre aux experts, bénévoles ou aux marques elles-mêmes de renseigner de l’information, en prenant compte de nos critères et des preuves à apporter pour les remplir. On souhaite donc construire en complément une plateforme d’apports de données. Des évolutions mènent à un agrandissement de l’équipe, nous sommes en plein recrutement et le soutien financier va nous permettre de prendre de la vitesse. »
  • Le Saclay Pitch Fight en un mot ? : « Percutant, inspirant, original, vraiment surprenant ».

 

A lire : Clothparency : la Tech au service de la planète !

En savoir plus

Suivez leur actualité : Facebook / Twitter / Instagram / LinkedIn

2eme prix gant rouge

Hexa Surfboard: Shaping the future of surfboard.

 

  • Le pitch : « Je ne sais pas comment vous imaginez le surfeur, vous avez peut-être plusieurs clichés en tête : type Brice de Nice, blond et musclé. Nous on est ingénieurs, bruns et pas trop musclés, mais comme 80% des surfeurs on est conscients de notre emprunte environnementale et l’industrie du surf pollue énormément. Une planche de surf est composée en majorité de 95% de produits issus de l’industrie pétrochimique, et rejette 6kg de déchets toxiques cancérigènes dans la nature qui sont aussi respirés par les fabricants. Son modèle n’a pas évolué depuis les années 60’s, et une planche parcourt environ dix mille Km avant d’être assemblée totalement. C’est ce qui nous a frappé, et c’est de ce constat qu’on a décidé de créer Hexa Surfboard. On souhaite repenser cette méthode de conception et distribution, proposer une planche de surf qui soit en accord avec les convictions environnementales du surfer et qui répond à ses exigences en terme de performance. Cela est possible via l’utilisation de technologies avancées, notamment l’impression 3D qui nous permet d’utiliser des matériaux biosourcés, recyclés et recyclables, notamment des bouteilles en plastique recyclées. On utilise des déchets de l’océan pour produire des planches de surf, et l’impression 3D permet de personnaliser un maximum le design de la planche en fonction des habitudes, de la morphologie et le niveau du surfeur. Il n’y a rien de pire que d’avoir une planche qui n’est pas faite pour nous. »
  • Leurs Ups and downs : « L’entrepreneuriat entre amis : c’est un double tranchant, faut que tout soit très clair et que tout le monde soit sur la même longueur d’ondes, qu’on ait la même vision du projet / la même implication. Ce n’est pas une difficulté mais un point à prendre en compte quand on passe du projet à l’entreprise. Développer son premier prototype : on a plusieurs idées et ça met du temps. On va un peu vers l’inconnu, on découvre et en même temps on veut apporter un aspect scientifique à notre produit. D’un point de vue technique, on est toujours confrontés à de nouvelles surprises, c’est grâce à ça qu’on en apprend un peu plus à chaque fois. Notre premier prototype (réalisé au sein de l’espace de prototypage de l’X) et les différents prix qu’on gagne nous confortent, dont le premier Prix de l’Australian eChallenge qui est organisé par l’Université d’Adélaïde et le Saclay Pitch Fight. En un mois, on a enchainé trois concours, ça nous a boosté et c’est très motivant. »

« L’espace de prototypage de l’X est un élément clé dans le développement de notre start-up. Bien entendu, l’imprimante 3D grand format que nous y utilisons est indispensable à la production de nos premiers modèles, mais c’est aussi la richesse des expériences des autres utilisateurs qui permet de challenger la conception et la production de nos planches. En effet, nous travaillons sur un deuxième modèle en partie inspiré par les Fab Managers qui ont une vision complète des machines, des techniques et matériaux à disposition. »

 

  • What’s next ? : « On souhaiterait suivre un programme d’incubation / accélération aux Etats-Unis, en Californie, qui représente 50% du marché du surf. Ils ont une conception environnementale très développée et les américains sont plus ouverts à ce genre d’innovation. Ils seront peut-être plus early-adopter qu’en France. On voudrait bénéficier de cet écosystème, notamment entrepreneurial, hyper dynamique pour roder notre concept et notre produit. Puis, revenir en France pour continuer à le développer avec tout ce qu’on aura pu apprendre. Ensuite, l’Australie ! En gagnant le premier prix de l’Australian eChallenge, on a remporté 1 ans d’incubation au sein de l’Université d’Adélaïde, et on saisira l’opportunité une fois qu’on aura avancé en France. Notre ambition est quand même de grandir à l’international, sachant qu’on a un modèle de fabrication qui est sous forme de micro-usine et donc facilement adaptable : on a seulement besoin d’une petite pièce, de former quelques personnes et d’avoir notre imprimante pour répliquer nos modèles de production personnalisables n’importe où et à tout moment. »
  • Le Saclay Pitch fight en un mot ? : «  On a découvert pas mal de projets greentech intéressants. »

 

En savoir plus

Suivez leur actualité : Facebook / Twitter / Instagram / LinkedIn

3eme prix gant rouge

OuiSol : Votre projet solaire simplifié, optimisé, transparent.

 

 

  • Le pitch : « Sur un petit projet solaire en toiture, les coûts de commercialisation peuvent représenter jusqu’à 50% des coûts totaux du projet. Cela nécessite de faire de nombreuses études : financières, écologiques et énergétiques en terme de consommation électrique, etc. Cela coûte également en temps, et implique un niveau de précision assez faible. Ce qu’on souhaite, c’est de numériser ce process afin de réduire les coûts associés à ces phases, améliorer / faciliter l’expérience de l’utilisateur et accompagner la démocratisation du solaire en toiture en France, que ce soit pour les particuliers ou les professionnels qui souhaitent valoriser leur patrimoine immobilier. »

 

  • Leurs Ups and downs : « Il y a plusieurs difficultés quand on développe un projet, surtout Tech. On part avec un planning en tête qui a toujours tendance à dériver, car il y a énormément d’imprévus et de complexité. Pour pallier à ces difficultés ce qu’il faut c’est un exercice qui pousse vraiment à se recentrer sur l’essentiel, pour avoir le plus rapidement possible un produit suffisamment mure pour se confronter au marché, avoir ses premiers retours et essayer de signer ses premiers clients. Nos premiers clients sont sans aucun doute notre plus grande réussite, que ce soit les particuliers ou les professionnels. Cela valide la pertinence du modèle que l’on a choisi et de la proposition de valeur que l’on offre. »
  • What’s next ? : «Après avoir sécurisé ses premiers clients finaux et professionnels, OuiSol continue d’améliorer sa plateforme SaaS afin de mieux en mieux répondre aux attentes de ses clients, et se développe sur le segment des projets solaires de taille intermédiaire, où les mêmes difficultés de conception et de commercialisation des projets existent. »
  • Le Saclay Pitch fight en un mot ? : « Original, qui assume son nom. Le fait d’être réellement dans un ring était surprenant. Ça nous mettait vraiment dans le contexte d’une vraie « bataille » entre startup. »

 

En savoir plus

Suivez leur actualité : LinkedIn

1er prix gant bleu

Pelopou : à bas les poux !

« Surprenant », « Inspirant », « Original », c’est ce qu’en retiennent les entrepreneur(e)s présent(e)s ! Alors, partant(e)s pour une nouvelle édition du Saclay Pitch Fight ?

Notre actualité : Facebook / Twitter / Instagram / LinkedIn