Passer de l’idée au concept grâce au prototypage

Par 7 janvier 2020Actu, FabLab

Au sein du centre d’entrepreneuriat de l’École polytechnique, le X-FAB est un espace dédié au prototypage. Lieu de conception, de fabrication et d’échanges entre les entrepreneurs, les étudiants et les chercheurs, il augmente le potentiel des projets. Rencontre avec Aline Becq, cheffe de l’espace de prototypage au sein du Drahi-X Novation Center et Rudy Cohen, co-fondateur de la startup Inbolt,  qui a bénéficié de l’espace pour développer sa solution d’outillage intelligent.

Un espace technique et d’entraide

Au cœur du Drahi-X Novation Center – positionné au carrefour de l’innovation du campus de l’X – le Fablab et son espace de prototypage sont devenus incontournables pour les étudiants et les start-up. Ils ont ainsi accès à des machines dernier cri, tout comme aux conseils d’experts aux compétences variées. Aline Becq, qui dirige cet espace, explique ainsi : « Les activités des étudiants, des entrepreneurs, des start-up et chercheurs s’y entrecroisent. » 

Néanmoins, les start-up qui développent des projets de prototypage sont particulièrement présentes. Pour Rudy Cohen, CEO et co-fondateur de Inbolt, avec Albane Dersy et Louis Dumas : « le X-FAB est un lieu communautaire d’une certaine façon. Chacun est indépendant mais tout le monde s’entraide ».

Les porteurs de projets sont aussi bien d’anciens étudiants que des entrepreneurs, parfois cooptés par des chercheurs ou des membres du centre. Ce fut le cas par exemple de Milie Taing, fondatrice et CEO de lili.ai.

Le Fablab teste aussi actuellement des collaborations avec des incubateurs comme Paris&Co. Aline Becq précise ainsi : « Ces partenariats ouvrent de nouvelles perspectives et questionnent nos ambitions. » En outre : « Nos relations avec les laboratoires de l’école se renforcent et nous travaillons beaucoup à pérenniser ces liens. La dynamique autour de la fabrication additive (impression 3D) sur le campus y contribue fortement. »

Un moteur au service de la friction créative

L’équipe du Fablab est composée de trois experts en fabrication numérique, modélisation 3D et fabrication additive. Ils travaillent en étroite collaboration avec des ingénieurs de recherche relais, notamment en mécanique.

L’espace dispose d’une cinquantaine de machines, une flotte qui augmentera encore au cours de l’année 2020. Inbolt a ainsi pu mettre au point son module électronique à destination des chaînes d’assemblage, par processus manuel, afin d’en contrôler la qualité et l’avancement. L’entreprise travaille désormais avec Thales Alenia Space qui assemble des satellites, ou encore ArianeGroup pour ses fusées, dans des cas d’usage de serrage d’écrous.

Comme l’explique Rudy Cohen, les ressources de l’espace de prototypage de l’X ont été très utiles pour concrétiser le projet : « Cette étape a été essentielle car nous concevons et fabriquons un module hardware qui demande à la fois un développement pointu en matière d’électronique – mais aussi pour l’assemblage des capteurs ou encore la conception de l’enveloppe. Pour cette dernière étape, par exemple, nous avons utilisé une imprimante 3D qui nous a permis de réaliser des retouches de soudure notamment. » Il retient aussi que l’X-Fab a permis à  sa start-up de ne pas rester dans la théorie trop longtemps et d’itérer rapidement.

Le CEO d’Inbolt insiste également sur la qualité du parc de machines : « À titre de comparaison, nous avons utilisé le centre d’innovation de l’Université de Berkeley en pensant que les équipements y seraient plus sophistiqués. Nous avons au contraire constaté que le Fablab de l’X dispose de machines beaucoup plus avancées. »

Aline Becq met en outre en évidence les aspects moins concrets du Fablab : « Les machines ne sont qu’un prétexte pour créer de la friction créative. Ou, pour le dire plus clairement, débattre des solutions. Nous espérons ainsi que, prochainement, ce ne seront plus les machines qui amèneront les prototypeurs à X-Fab mais les savoirs. » Cela se traduit notamment par des événements organisés au sein de l’espace de prototypage : « inviter différents publics permet de brasser les compétences. »

L’X-Fab, le choix d’un accompagnement personnalisé

Concernant l’ensemble des étapes qui ont précédé la phase d’industrialisation du module d’Inbolt, Rudy insiste sur l’importance de l’encadrement reçu au sein de l’espace de prototypage du Drahi-X Novation Center : “Les encadrants, Aline et Garett, nous ont permis d’amorcer concrètement notre solution avec un soutien dès le démarrage du projet, de la réflexion sur les matières premières, jusqu’à la simulation, en passant par la CAO (Conception assistée par ordinateur). Aline Becq explique ainsi que : « les équipes sont formées à l’utilisation des machines qui leur permettent de répondre au mieux à leurs échéances de prototypage ».

Le prototypage d’Inbolt fait justement partie des grandes réussites du Fablab, tout comme Hexasurfboard, pour n’en citer que deux parmi les projets de 2019. Selon Aline Becq : « Il illustre parfaitement le programme que nous proposons : l’enseignement, le prototypage en lui-même et la création d’une entreprise hardware. » Louis Dumas a été le premier à rencontrer Aline Becq en suivant le cours de prototypage dans le cadre du master MIE qui forme à l’utilisation de l’espace.
Le programme d’échanges sur l’entrepreneuriat mené par Bruno Martinaud entre l’X et Berkeley lui a ensuite permis de faire la connaissance d’Albane et de Rudy. À leur retour de Berkeley, les trois étudiants en fin de cursus ont alors passé quelques mois à l’X-Fab pour mettre au point leur POC. Pour Aline Becq, ce fut une expérience enrichissante de part et d’autre : “Louis est vite monté en compétences en prototypage, pour créer un produit fonctionnel, complet, comprenant une mise en situation”.

Le centre d’innovation est aussi une chance pour les projets accélérés qui arrivent bien souvent avec un premier prototype, comme BeautyMix ou Unsupervised. De cette manière, les entrepreneurs peuvent produire de petites séries.  Comme le souligne Aline Becq : « Chez nous, ils affinent leur produit. Il arrive même qu’ils pivotent. Nous ne contribuons donc parfois qu’à des détails mais le gain de temps, même sur un petit élément, peut être décisif. Ce fut récemment le cas pour Exotrail qui avait besoin de découper un plastique technique pour ses propulseurs de satellites.»

Cet espace de prototypage est une opportunité importante pour l’avènement des projets. D’autant plus que le rôle de l’X-Fab est aussi de mieux comprendre leurs besoins : « Nous les croisons avec notre veille technologique, par l’acquisition de machines et de consommables pertinents. Ces observations guident par conséquent notre plan d’investissement. » De plus, la sensibilisation au prototypage nourrit l’émergence de projet hardware deeptech, comme le constate Aline.

Véritable maillon de la chaîne technique et de valeur, l’X-Fab tire des leçons de chaque projet. Ceux des étudiants en passe de devenir des start-ups seront par exemple de plus en plus accompagnés. Pour Inbolt, cette expérience restera comme un pied à l’étrier de l’industrialisation de leurs modules. En 2020, les trois co-fondateurs ont un objectif principal : mettre en place des pilotes et les réussir.