IA et reconnaissance d’images : de l’intuition à la solution

Par 26 février 2020Actu

Les entreprises ont de plus en plus souvent recours à la reconnaissance d’image (Computer Vision) pour optimiser leurs processus et offrir de nouveaux services. Au sein du centre d’innovation de l’École polytechnique, des entrepreneurs développent des solutions basées sur cette technologie. Nous avons choisi de mettre en avant trois startups de la promotion X-Up 10.

Passion et expérience au cœur du projet entrepreneurial

Les startups SpaceSense, Lixo et Eva Engines ont fait de l’analyse d’image leur raison d’être. Une technologie à forte potentialité puisqu’elle doit permettre grâce à l’IA d’analyser et d’automatiser la reconnaissance d’objets comme des visages, des photographies de la terre ou de matériaux industriels.

Les trois startups ont beau avoir des vocations différentes, toutes ont recours au Deep Learning pour construire des technologies de pointe au sein de l’incubateur.

Leurs points de départ sont néanmoins assez éloignés. Pour Sami Yacoubi, c’est sa passion pour l’aérospatial qui l’a poussé à créer SpaceSense afin de démocratiser l’accès à l’imagerie satellitaire. En co-fondant Lixo avec Olivier Large, Marjorie Darcet souhaitait quant à elle exprimer ses valeurs de défenseure de l’environnement en valorisant des déchets pour l’industrie.

Si les deux premières startups se concentrent sur la détection d’objets, la troisième analyse des photos d’hommes et de femmes. Ainsi, Céline Delaugère a co-fondé Eva Engines avec la même appétence entrepreneuriale, mais une toute autre ambition : aider les agences et des marques dans la sélection des mannequins.

SpaceSense : développer le potentiel de la reconnaissance d’images satellitaires

SpaceSense est une startup du New Space qui crée des outils permettant aux chercheurs et développeurs de tirer profit de l’imagerie satellitaire : une source d’information largement sous-exploitée.

À cet égard, Sami, le co-fondateur, nous dévoile son ambition : « Nous souhaitons apporter aux entreprises les moyens d’exploiter le potentiel des images issues de l’observation terrestre ». Jusqu’alors les clichés de la planète étaient principalement réservés aux industries de la Défense, du pétrole et du gaz.

L’idée pour cette start-up incubé de X-Up est de rendre la source de données plus facilement exploitable par les organisations. Et ce, pour tous les usages. Ainsi, récemment, des chercheurs de l’université de Columbia ont pu utiliser les outils de la startup pour étudier l’humidité des sols. Toujours dans l’optique d’affiner sa technologie, SpaceSense poursuit une expérimentation avec un gouvernement africain. « On travaille actuellement avec le Sierra Leone sur l’étude des forêts et des densités de population » nous explique Sami. La suite ? La constitution d’une bibliothèque d’outils d’analyse d’images satellitaires en open source.

Lixo : optimiser le traitement des déchets grâce à l’analyse d’images

“Nous nous appuyons sur l’analyse d’images pour contribuer à la valorisation des déchets à travers le recyclage et l’utilisation de ces derniers comme biomasse”Marjorie, Lixo

À la suite de ses études à Science Po, Marjorie travaille d’abord dans un cabinet de conseil avant de rejoindre l’univers des startups de l’Ecole polytechnique. Selon elle, c’est Olivier, son associé, qui est à l’origine du projet : un jour, il équipe un petit robot d’un aspirateur pour collecter les détritus. Lixo est née.

Ensemble, ils veulent voir bien plus grand et s’attaquent à l’industrie du traitement des déchets. Pour ce faire, ils développent une technologie d’analyse des flux d’images qui permet à l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur d’optimiser leurs process. Ainsi, avec Lixo, collecteurs, trieurs et recycleurs parviennent à mieux identifier les types de matières pour les traiter plus rapidement et avec davantage de précision. Avec à la clé moins d’erreurs donc moins de gâchis.

Si le traitement des déchets est le premier volet du projet, la startup de la greentech œuvre également en faveur de la propreté urbaine. Fin 2018, Lixo avait conçu un prototype de robot équipé d’une caméra et de bras articulés pour ramasser les mégots dans l’espace public. Conscients du potentiel de l’entreprise, les incubés testent actuellement leur technologie sur de nouveaux terrains de jeux et auprès de nouveaux partenaires pour affiner ses usages.

Eva Engines : révolutionner la sélection des mannequins

En capitalisant sur ses expériences dans l’intelligence artificielle et celles de top model, Céline s’est lancé un défi : révolutionner l’industrie du mannequinat. Tout part de ses observations pendant ses expériences au sein de l’industrie de la mode. L’intelligence artificielle pourrait apporter plus d’efficacité dans la sélection des mannequins et dans la création de contenu pour les marques. C’est ainsi qu’à 25 ans, elle se lance dans l’aventure entrepreneuriale avec David, un ingénieur et entrepreneur lui aussi

Très vite, on passe de l’idée à la technologie pour permettre aux agences d’associer les profils de modèles qui se ressemblent grâce à un algorithme de reconnaissance d’images. La sélection devient beaucoup plus précise et rapide ! “Un exemple : trouver toutes les femmes qui ressemblent à Naomi Campbell, si un shooting le requiert”, nous explique Céline. La promesse de la startup : chercher et trouver votre modèle en 2 clics. À terme, Céline nous fait part de sa volonté de créer des mannequins virtuels grâce à sa technologie : “on veut générer une nouvelle génération de mannequins grâce à l’intelligence artificielle”.

L’accompagnement X-Up pour tester, déployer et prendre son envol

Tous ont trouvé au sein de l’incubateur les ressources nécessaires pour tester leur modèle et le transformer en offre viable sur le marché. Pour cela, l’accès aux laboratoires de recherche de l’X a été déterminant dans le développement des technologies. Les incubés disent également avoir bénéficié d’un accès privilégié au réseau de l’École polytechnique, qu’il s’agisse de ses startups ou de son vivier de compétences. “L’incubateur nous a permis de nous structurer pour aller plus vite dès le début”, nous confie Marjorie. L’ambition pour ces nouveaux experts de l’analyse d’images : poursuivre leur croissance à la sortie du programme X-Up, en misant sur un développement commercial soutenu ainsi que sur de nouveaux services à forte valeur ajoutée.