Skip to main content

La data, nouvelle valeur marchande

Clairement liée à l’enjeu de la souveraineté numérique, l’utilisation de la data par les entreprises et les instances publiques interroge les internautes. Déjà en 2014, une étude réalisée par le CSA1 démontrait que 81% des Français étaient préoccupés par la protection de leurs données personnelles. Aujourd’hui, les usagers souhaitent reprendre le contrôle sur leurs données personnelles et retrouver leur souveraineté.

datacenter

Qu’est-ce que la data ?

Le nouveau pétrole : c’est le surnom de la data (données), véritable enjeu de souveraineté numérique et nouvelle valeur marchande sur Internet. Le volume de données produites au niveau mondial augmente sans cesse. En 2018, nous étions à 33 zettaoctets (1 zettaoctet = 1021 octets) et nous devrions passer à 175 zettaoctets en 2025 : une augmentation de plus de 430%, d’après la projection de l’International Data Corporation.

D’un point de vue économique, la data est indispensable pour l’innovation des entreprises. Elle permet de comprendre et de probabiliser les besoins et comportements des consommateurs en temps réel, ce qui offre de belles perspectives aux entreprises. L’avènement du Big Data a conduit les entreprises à intégrer le traitement des données dans leurs stratégies, dans le but de concurrencer les sociétés américaines.

Les défis liés à la sécurité des données

Les géants du numérique ont habitué les utilisateurs à offrir leurs données personnelles, moyennant un service ou un produit. En cédant nos données, nous ne connaissions pas réellement les répercussions que cela pouvait avoir, notamment la vente de ces données à des entreprises.

Aujourd’hui, les internautes sont plus éclairés sur l’usage de leurs données et souhaitent les protéger. C’est notamment pour cette raison que le RGPD a été adopté en Europe en 2018, afin que les utilisateurs puissent conserver la maîtrise de leurs données personnelles. Les entreprises sont désormais tenues de déclarer à la CNIL leurs traitements de données personnelles.

Ces législations qui protègent les données freinent néanmoins l’activité des entreprises et leur capacité d’innovation. Ce principe de précaution ralentit les entreprises européennes, alors que la régulation du traitement de la data se fait a posteriori aux États-Unis.

L’enjeu de l’hébergement des données

Le sujet de l’hébergement des données devient crucial du fait de la dématérialisation des services publics. Les collectivités ne disposant généralement pas de leur propre datacenter, elles doivent opter pour un service cloud étranger, tel qu’Amazon Web Services. Or, ces données sensibles sont hébergées hors de France, soumises à des lois non européennes.

La règle juridique applicable dépend du territoire où sont installés des datacenters et de la nationalité des hébergeurs. Si l’hébergeur est français mais que les infrastructures sont à l’étranger, les données sont soumises aux lois du territoire d’installation. Si les données sont dans un datacenter européen mais que l’entreprise américaine, le Patriot Act autorise l’accès aux données par les autorités américaines sans l’autorisation des particuliers ou des entreprises. Dans tous les cas, un hébergement en France par un acteur français est préférable pour la sécurité de nos données.

Une stratégie d’hébergement des données est en chemin en France pour défendre notre souveraineté numérique, avec l’appui du Ministère de l’Économie. Cédric O, le secrétaire d’État chargé du numérique, a même déclaré en octobre 2020 prévoir le rapatriement du Health Data Hub vers un prestataire français ou européen, au détriment de Microsoft.

Aller plus loin >>> Souveraineté numérique : quels enjeux ?

Afin de sécuriser les données des internautes français, il est urgent de développer des solutions souveraines. En matière de cloud sécurisé, la French Tech ne compte aujourd’hui qu’OVHcloud. Nous pouvons également citer Qwant, un moteur de recherche garant de la protection des données personnelles de ses utilisateurs, mais qui ne fait pas encore d’ombre à Google. Dans les années à venir, de nouvelles solutions devraient faire leur apparition dans le but de préserver la souveraineté des usagers.

1http://docplayer.fr/2126354-Les-francais-la-protection-des-donnees-personnelles-etude-de-l-institut-csa-%20pour-orange-fevrier-2014.html