Skip to main content

Entrepreneur et mentor pour X-Up

Philippe Peyrard

 

Fondateur et CEO de la société Ellcie Healthy, Philippe Peyrard et son équipe développent et commercialisent des lunettes connectées intelligentes pour gérer au mieux sa santé, son bien-être et sa sécurité, en analysant en temps réel les données mesurées par différents capteurs intégrés à la monture. Philippe Peyrard est mentor d'un projet incubé au sein de la promo #12 du X-Up. L'écosystème polytechnique ne lui est pas inconnu de part son réseau de contacts actif ; ce qui lui a permis d'avoir connaissance de projets, aux spécificités compatibles avec ses expertises. Rencontre avec un entrepreneur, profondément avant-gardiste !

Qu'est ce que l'entrepreneuriat pour vous ?

Entreprendre, c'est se saisir d'un sujet et construire une belle histoire. C'est une façon d'envisager à la fois le monde de l'entrepreneuriat mais également tout domaine dans lequel on s'implique. J'aime à dire que nous sommes tous et toutes entrepreneurs.es. dans l'âme. Le but du "jeu" ou du "je" est que chacun et chacune, à son poste de travail, est une micro-entreprise. L'entrepreneuriat, c'est partir d'une idée et aboutir à un produit ou un service marchand ou non marchand".

Quel type d'entrepreneur êtes - vous ?

Je pense être un entrepreneur qui a des idées, des intuitions raisonnées étayées par une expérience de 40 ans de carrière et de relations que j'ai eu à cœur d'entretenir au fil des années. Idéaliste mais avec une dose suffisante de réalisme, j'endosse naturellement un rôle de catalyseur au sein d'une entité collective afin de mobiliser les énergies positives de chacun. J'ai toujours un objectif en tête ; la concrétisation des projets, parfois difficiles à mener, sans être animé par un optimisme devant l'éternel sans relâche.

Quelles ont été, pour vous, les étapes clés de votre parcours ?

La formation, un cadeau irremplaçable

J'ai pu accéder au plus beau capital dont on peut bénéficier ; une double formation ; d'une part, au sein du système éducatif sur des sujets choisis comme le droit, la gestion, la finance, complétés par un parcours sous les drapeaux en tant qu'élève officier et d'autre part, dans le cadre de la pépinière de personnes à potentiels de l'Oréal qui a constitué une vraie deuxième école pour ma part. Destiné à être expert-comptable chez Arthur Andersen, l'aventure L'Oréal me rattrape quand j'accepte cette immersion au sein de cette promotion internationale aux profils hétéroclites qui a été un tremplin fabuleux pour toute la suite de ma carrière.

Nous étions dans les années 80, la notion encore naissante de réseau était une des raisons d'être de ces promotions ; partager, se nourrir de l'expérience des autres, accéder à des personnalités disruptives du monde des affaires tels que, à la source de L'Oréal, François Dalle alors Président du groupe et bien d'autres personnalités.

6 années très enrichissantes ont passé au sein du groupe L'Oréal avec des changements de poste tous les ans, à la fois comme contrôleur de gestion, administrateur des ventes, représentant commercial, directeur des ventes.

Les prémices d'une démarche de création d'entreprise 

Je me consacre pendant un peu plus de 3 ans à la création de la filiale luxe du groupe lunettier français L'Amy. J'y mets en œuvre tous mes acquis en termes de stratégies que j'ai pu analyser et contrôler lors de mes postes précédents.

L'entrepreneuriat s'impose naturellement

Envie d'indépendance, recherche d'expérimentations, goût d'entreprendre pour soi ; une combinaison gagnante qui donne le jour à ma première société "PPCD", Philippe Peyrard conseils et développements. Je travaille pour le compte de plusieurs marques de luxe telles que Benetton, Reebok, Nina Ricci qui a été notamment une expérience phare en termes de développement de nouveau concept "Produit" telle que l'interchangeabilité en bijouterie avec les montres Nina Ricci.

Cap sur l'innovation

J'intègre le lunettier Atol en tant que Directeur général ; interchangeabilité, lunettes connectées pour se localiser, conjugaison marketing d' "advertisement" et d' "entertainment" afin d'humaniser la marque et toucher le plus de gens possible, autant d'innovations qui ont marqué mon parcours au sein de ce groupe et qui sont venues consolider la suite de ma carrière.

Cohérence d'un parcours lié à l'entrepreneuriat et à l'innovation : naissance de la start-up Ellcie-Healthy

Fondateur et CEO de la start-up, Ellcie-Healthy, dédiée à l'internet des objets à partir de 2015, la lunette connectée au service de la sécurité au volant et de la prévention des chutes auprès des personnes âgées constituent les premiers produits commercialisés avec une équipe d'une vingtaine de personnes. Nous sommes orientés santé, bien-être et sécurité, à ce jour, mais L'IoT est un marché d'envergure et nous sommes qu'au début de l'aventure !

Quels sont les freins et les défis auxquels vous avez dû faire face sur l'ensemble de votre carrière ?

La résistance aux changements et la difficulté à convaincre qui va de pair sont fortes et se situent à tous les niveaux du processus de mise sur le marché d'un produit ou service, de la conception à la commercialisation.

Par exemple en 2004, je fais valider la décision stratégique chez Atol de relocaliser la production en France alors que cette dernière sopérait en Asie. Ce nouveau déploiement n'a pas pu se faire en l'état sans avoir à repenser les produits concernés afin de justifier cette relocalisation. J'ai dû faire preuve d'innovation avec notamment, la monture de lunette équipée de clips interchangeables, qui justifiait alors un prix de vente plus élevé du produit et donc l'accord de produire en France, plus onéreux aussi.

Quels sont vos objectifs 2021 ?

Faire de Ellcie-Healthy, une start-up sur orbite, rentable et consolidée à tous les niveaux !

Qu'est-ce qui vous a conduit à devenir mentor dans le cadre de l'entrepreneuriat ?

C'est le goût de transmettre mon savoir, de conseiller, d'inspirer par mon expertise de 40 années d'activité, de contrer la solitude d'un entrepreneur que l'on vit tous, de jouer le rôle d'accoucheur des esprits, de susciter l'anticipation systématique, de repousser les limites de l'incertitude d'un produit ou service permettant de sortir un produit ou service industrialisé, commercialisé qui touche un ou des marchés les plus larges possibles et qui finance l'entreprise.

J'ai d'ailleurs eu la chance d'être mentoré à la création de ma première entreprise en conseils en développement via la mise en place d'un conseil stratégique. Cet encadrement riche en profils variés et notamment d' anciens de l'Ecole polytechnique m'a été très précieux dans mes multiples prises de décisions et dans ma capacité à prendre un maximum de recul.

Que pensez-vous de l'innovation en France ?

Elle s'achemine plutôt dans le bon sens notamment avec la Bpi, la banque publique d'investissements créée en 2012 pour notamment le financement de l’innovation principalement sous forme de crédits bancaires, sans qui bon nombre de start-up seraient tout simplement mortes.

Le rôle des grands comptes dans le développement de l'innovation est encore bien trop faible, trop timide et trop gourmand . Je préconiserais, en la matière, que le gouvernement mette en place un accompagnement fiscal pour les grands comptes via la génération de crédits d'impôts déclenchés à chaque commande effectuée auprès des start-up.

Quel(s) ouvrage(s) et / ou auteur (s) conseilleriez - vous aux jeunes entrepreneurs ?

J'ai beaucoup appris des écrits et des échanges privilégiés que j’ai pu avoir avec Xavier Fontanet qui a été PDG du groupe Essilor. Il a notamment publié un ouvrage en 2010 qui a suscité beaucoup d'intérêt dans lequel il partage son expérience d'entrepreneur  " Si on faisait confiance aux entrepreneurs - L'entreprise française et la mondialisation" (Editions, Les Belles Lettres). D'autre part, je conseille, Léonard de Vinci, une plateforme très enrichissante qui fédère et accompagne des acteurs de l'innovation pour construire nos territoires de demain.

Qu'est-ce qui vous passionne le plus ?

J'aime vivement à penser que, par mon travail, mes idées, je contribue, à ma mesure, à faire évoluer la société et notamment permettre aux gens de rester en bonne santé avec du bien-être, le plus longtemps possible.

Un leitmotiv qui vous est moteur au quotidien ?

"Se dépasser soi -même, la seule course qui ne finit jamais".