Harfang 3D rejoint l’espace de prototypage de l’École polytechnique

Le logiciel Harfang 3D a été implémenté dans l’espace de prototypage X-Fab de l’École polytechnique le 16 novembre 2020. Cette solution française consacrée au développement d’interfaces homme-machine en 3D temps réel présente un véritable intérêt pour les étudiants et entrepreneurs de l’École polytechnique. François Gutherz, CTO chez Harfang 3D, a répondu à nos questions.


Harfang 3D : qu’est-ce que c’est ?

"Harfang 3D, déclare François Gutherz, est une brique logicielle française dédiée à la création d’interfaces homme-machine en 3D temps réel." 

Une interface homme-machine, ou IHM, permet à un utilisateur d’interagir avec une machine (ordinateur, objet connecté, système embarqué ou robot) grâce à un tableau de bord, une tablette ou un écran autonome. La programmation en 3D temps réel rend possible la création d’objets connectés, de simulations 3D ou encore de formations en réalité virtuelle dans le but de faciliter l’utilisation d’une machine par des utilisateurs lambda, sans connaissances préalables.

harfang

Harfang 3D est une solution multi-langage (C++, Python, Lua et bientôt Google Go) et cross-platform (Windows, Linux, OSX), dont l'objectif est d'être accessible au plus grand nombre. Elle dispose d’une double licence libre et propriétaire, qui donne entièrement accès au code source pour effectuer les modifications que vous désirez. Harfang 3D vous garantit ainsi une totale autonomie et indépendance pour mener à bien votre projet, avec un support collaboratif sur le forum de la société.

L’ambition d’Harfang 3D est d’améliorer l’utilisation des machines par l’humain, grâce à des outils dernière génération. L’utilisation de la 3D temps réel permet de s’adresser au cerveau d’une façon plus efficace et directe, en rendant possible la création d’objets ou d’environnements de façon instantanée avec un grand niveau de précision et d’interactivité.

La solution a commencé à se développer en 2017, grâce à l’appui de la région Centre-Val de Loire et de BPI France. Harfang 3D est né d’un constat chez Movida Production, raconte François Gutherz. Nous nous sommes aperçus qu’il y avait un énorme manque dans l’industrie par rapport aux solutions existantes. En effet, la plupart des solutions 3D temps réel étaient pensées pour du jeu vidéo, et pas pour des applications industrielles. Nous avons donc décidé de répondre à ce besoin et nous avons eu l’occasion d’éprouver la solution au sein de projets industriels, notamment avec des clients du secteur automobile.”

En tant que solution 100% française, Harfang 3D offre plusieurs garanties à ses utilisateurs.

D’abord, l’interopérabilité : Harfang 3D est développé pour être facilement intégrable aux projets industriels, aux systèmes embarqués et aux environnements existants. A l’opposé, les solutions dont la roadmap est dictée par le marché du jeu vidéo (Unity 3D qui est américain, ou Unreal Engine, américano-chinois) posent des problèmes techniques d’intégration et d’industrialisation.

Ensuite, la confidentialité et la souveraineté : Harfang 3D est un logiciel développé en France. Pour des utilisations industrielles et notamment pour des activités économiques sensibles voire du secteur Défense, avec des enjeux de souveraineté et d’autonomie stratégique, les données de l’utilisateur ne sont en aucun cas stockées dans un cloud et le code source est accessible et auditable ; les connexions en porte dérobée sont impossibles.

Enfin, la pérennité : les technologies de 3D mainstream ne correspondent pas aux impératifs de pérennité des entreprises. Aujourd’hui, Harfang 3D sait que dans les domaines industriels ou de défense, les besoins de maintien en conditions opérationnelles peuvent aller jusqu’à 15 ans ou plus.

Exemples d’applications avec Harfang 3D

Grâce à Harfang 3D, vous pouvez créer des prototypes de produits avec IHM, des objets connectés, de la simulation 3D, de la formation en réalité virtuelle, etc. De nombreuses possibilités s’offrent à vous avec la programmation en 3D temps réel.

Voici les principaux projets menés par Harfang 3D ces dernières années :

  • un prototype de tableau de bord 3D autostéréoscopique (visualisation de la 3D sans lunettes) de véhicule pour le groupe Valeo, équipementier automobile français, présenté au Mondial de l’auto 2018 et au CES de Las Vegas 2019 ;
  • un démonstrateur de caméra embarquée en réalité augmentée pour Valeo, présenté au CES de Las Vegas 2020 ;
  • un composant en réalité augmentée avec Valeo destiné à équiper les véhicules de série ;
  • une étude scientifique en réalité virtuelle pour la SNCF concernant les équipements de sécurité présents dans les gares, avec une reconstitution d’une gare en VR et une collecte de données liée au fonctionnement de ces équipements.

Et vous, que développerez-vous avec Harfang 3D ?

Intégration d’Harfang 3D au X-Fab de l’École polytechnique

L’espace de prototypage X-Fab de l’École polytechnique accueille le logiciel Harfang 3D  depuis le 16 novembre 2020. Le X-FAB est destiné aux entrepreneurs, aux étudiants, aux ingénieurs et aux chercheurs qui créent et développent des produits innovants.

Les utilisateurs de cet espace ont désormais à leur disposition des formations VR créées par Harfang 3D et Sonovision, filiale du groupe ORTEC, pour comprendre et utiliser les machines qui équipent l’espace de prototypage, notamment la machine de découpe laser et de gravure.

"Sur le long terme, nous espérons ouvrir les horizons des utilisateurs afin qu’ils utilisent notre technologie alternative française pour leurs besoins industriels, ajoute François Gutherz."

Et ensuite ? L’utilisation du logiciel est gratuite au fablab et durant toute la phase d’évaluation et de développement. Dans un second temps, les entreprises utilisatrices échangent avec la société Harfang 3D sur les conditions d’application d’une licence industrielle protégeant le développement de leurs projets (licence propriétaire, royalties...).

Ce nouvel outil pour le X-FAB de l’École polytechnique apportera sans aucun doute de nouvelles perspectives aux entrepreneurs incubés et aux étudiants, qui pourront développer leurs projets sur une technologie française, collaborative et innovante.